Processus de fabrication

La création d’un nouveau modèle de couteau suit un processus particulier. Dans un 1er temps, il est nécessaire d’avoir un cahier des charges qui varie selon la destination du couteau. Cependant, certains modèles sont nés d’une recherche pure de design.
En général, je commence par un dessin papier et ensuite je passe au dessin informatique sur Autocad(logiciel de CAO).

Une fois le dessin validé, je réalise plusieurs prototypes de forme en bois jusqu’à être 100% satisfait des volumes et de l’ergonomie.
Puis, les couteaux sont découpés au laser en acier N690Co.

Pour réaliser un couteau plusieurs étapes sont nécessaires

Il faut tout d’abord faire l’émouture, ce qui donnera au couteau sa capacité de coupe et son style de lame (émouture plate, émouture creuse, émouture haute…). Cette étape est réalisée au backstand à main levée, je n’utilise pas de guide. Je me sers d’un « fil guard » pour marquer proprement l’entablure de chaque lame. Enfin, j’utilise différents grains de bande abrasive selon la finition finale du couteau.
Pour les couteaux avec un manche en plaquette : il faut faire les perçages, découpes de manches, ajustages et façonnages. Tout cela est réalisé avant trempe.
Quand le couteau et le manche sont terminés, je procède au marquage par frappe à froid du numéro unique. En effet chaque couteau custom porte un numéro frappé dans la masse et livré avec certificat d’authenticité.
Une fois toutes ces étapes réalisées, les lames sont envoyées à la trempe sur Thiers, bassin de la coutellerie Française. J’ai choisi la trempe sous vide avec une cryogénie pour optimiser les propriétés mécaniques du N690Co.

Les étapes finales donnent naissance au couteau

Après retour de trempe à l’atelier, chaque lame sera « nettoyée» pour ensuite recevoir les finitions souhaitées par le client (brossé, stonewash, projections acides).
Enfin, je procède au montage du manche, soit en paracorde, soit en plaquettes (qui sont la plupart du temps collées puis ensuite finies à la main avec différents grains de papier de verre selon les matériaux utilisés).
Le couteau est ainsi terminé à 90%, il ne reste plus que l’étape qui fait d’un couteau un couteau : l’affûtage.

Pour finir, le couteau est nettoyé et mis en mallette pour ensuite être expédié. Certains couteaux passeront sous mon objectif photo pour animer mes réseaux sociaux et agrémenter mon site.

C’est donc comme ça que ton futur couteau prendra naissance dans mon atelier. Un couteau passe ainsi par de nombreuses étapes de fabrication nécessitant un matériel adéquat, des compétences, une expérience et une expertise acquises au fil du temps par passion.

Ma galerie de couteaux customs, avec des couteaux
uniques et parfois conceptuels.